Communiqué :

RESIDENCE MYSTERIEUSE…

Une artiste fut en résidence pendant mon absence, elle y écrivait.

.

Marielle Chabal est artiste et romancière, elle est diplômée de la Villa Arson à Nice en 2012.

Elle à grandi à Lacanau Océan, a résidé à Paris, Nice, Londres et Nouméa.

Elle conçoit des installations, des sculptures et des performances en relation directe avec sa pratique d’écriture comme autant de nouvelles « genrées » qui passent du polar au récit post-apocalyptique. Elle dérive en révélant par bribes les éléments qui constituent les bonds épars de son imagination.

.

THE BIG PICTURE – PATRICE BLOUIN

S’il n’en avait tenu qu’à elle, un train à grande vitesse, portant sur ses flancs « POÉSIE DU TRANSSIBÉRIEN », transpercerait probablement l’espace au-dessus de nos têtes, tandis qu’une chorale de trois cents enfants aveugles entamerait une version disco de L’Hymne à la joie face à un troupeau génétiquement modifié de gnous translucides. Autrement dit, Marielle Chabal aime voir les choses en grand.

« Voir en grand » n’est pas, bien sûr, qu’une affaire de taille. Cela désigne d’abord un certain rapport entre le tout et la partie. Marielle ne marche pas à la pièce. La pièce n’est pas son unité. Elle n’est d’ailleurs que de manière contrainte ou fortuite la fabricatrice de ses œuvres et croit très petitement à la main de l’artiste. La pièce ne vaut jamais, chez elle, que reprise, amplifiée, discutée par un réseau complexe de significations. Et seul compte ce réseau en dernière instance car il porte en lui l’image véritable de son ambition : the big picture.

Cette image élargie, éclatée, ne tient ni du délire de grandeur (sa texture est plus fantasmatique que délirante), ni de l’œuvre d’art totale (son développement contredit toute visée synthétique). Elle s’inscrit plutôt dans une pensée du raccordement généralisé, aléatoire, ou à l’algorithme secret, comme ses puissants moteurs de recherche qui nous rapportent, diligemment tressés dans une même page, l’objet demandé et ses commentaires, homonymes, parodies, etc.
Ils participent de sa réalité augmentée au même titre, mais dans un autre branchement, que statistiques, faits divers ou références artistiques.

Dans ce barnum bariolé et sans issue, on pourrait ne percevoir à son tour qu’un énième avatar du cynisme contemporain. On aurait tort cependant. Car il ne s’agit jamais ici de rabattre simplement, d’un coup sec, une chose sur une autre (Dan Graham sur le Queen,
Duchamp sur Marcel). Mais de célébrer a contrario sous les formes les plus diverses, incongrues et spectaculaires, l’ivresse des écarts et des connexions : de l’art aux sciences en franchissant le paysagisme, l’apocalypse, la céramique et le divertissement. Dans ce sens, c’est moins Diogène qu’il faut imaginer que Google joyeux.

Telle est Marielle Chabal en juin 2012. Depuis sa chambre, elle contemple le chaos informationnel du monde et s’y retrouve, magiquement translatée, en Maître de Cérémonie. Il est possible que sa posture s’infléchisse au fil du temps, que son travail plie en partie sous le poids du réel. Mais, pour l’instant, elle tient sa ligne. MC = MC, c’est l’équation de sa jeunesse.

.

http://cargocollective.com/mariellechabal

.