Dès 2010 La GAD offre des expositions d’art émergent depuis Marseille et se renomme arnaud deschin galerie en 2016 pour migrer définitivement dans le quartier de Belleville Paris. Deux expulsions vont affaiblir l’initiative du galeriste et en nov. 2018 ce sera la mise en sommeil de EURL LA GAD suivi de la liquidation judiciaire en déc. 2020. « Nous remercions la politique sanitaire du gouvernement. »

« Les conditions dans lesquelles on voit les oeuvres sont lamentables. Les expositions sont très fréquentées, et parfois par des imbéciles. On ne peut que rester debout et regarder, en général avec quelqu’un d’autre. Il n’y a pas d’espace, pas d’intimité, nulle part où s’asseoir ou se coucher, on ne peut ni boire, ni manger, ni penser, ni vivre. Ce n’est qu’une présentation. Ce n’est que de l’information. »
Donald Judd

 

.
 

Arnaud Deschin a transformé sa galerie en aventure collective, où se croisent artistes, collectionneurs, critiques, commissaires d’exposition, dandys, rebelles, francs tireurs, esprits curieux. Un bateau ivre où le capitaine sait mener de concert l’ouverture à l’extérieur … la découverte de jeunes artistes et la filiation avec ceux déjà reconnus, la rencontre entre la scène locale et internationale.
… Il est rare que des galeries privées puissent revendiquer un rôle si actif dans l’activité sismique de l’art contemporain d’une ville. Arnaud Deschin participe clairement aux rythmes, aux dynamiques, à l’invention et à la prospection d’une scène plus vivante, en réseau avec d’autres galeries dans d’autres villes, dans d’autres pays. Et avec une personnalité marquée, …
L’étendue de ses collaborations inclut aussi bien une foire comme Art-O-Rama qu’une structure associative défricheuse comme Triangle France. Peu de personnes le savent mais Arnaud Deschin, avant de s’investir dans une profession réglementée de délégué médical, a été formé à l’école des Beaux-Arts de Marseille. C’est là une différence secrète mais indépassable avec d’autres galeristes, il n’a sans doute jamais cessé d’être artiste. Sa galerie c’est désormais son œuvre.
Pedro Morais, 2010

 

 

 

 

.SUNDAY AT HOME

John Birtle (US), Andrew Cannon (US), Laura Lindlief (US), Catalina Niculescu (Ro), Elvire Bonduelle (Fr), Pauline Bastard (Fr), Laure Vigna (Fr), Elise Carron (Fr) & Vincent Puricelli (Fr), Fayçal Baghriche (Dz), Matthieu Clainchard (Fr)
May 19 – August 15, 2014
Curators : Arnaud Deschin, Isabelle Le Normand

La GAD french emerging contemporary art gallery introduces an exhibition hosted by Philipson family in Los Angeles, California. They welcomed the currator intervention Arnaud Deschin, who chose to present 11 up and coming american and french artists inside their house with no change to their living arrangements. The different exhibition pieces are incorporated in the middle of the home environment. American artists present visuals and plastics pieces that respond to the more immaterial and conceptual pieces from french artists.

The artworks displayed in life space leads the audience down a treasure-hunt like. To mark the opening, a one-off performance of was held in the garden, with a french buffet a sunday afternoon in Malibu.

You are cordially invited by : The Philipson Family
La GAD : 30033 Harvester Rd Malibu CA 90265 USA

Je porte ici lors d’un mariage en Tunisie l’œuvre « Player » de l’artiste EVA BARTO.