VÉRONIQUE BOURGOIN
ÉVA BARTO
FRANK PERRIN
TRAILER #1

@34 RUE ESPÉRANDIEU F-13001 MARSEILLE

LIEN EVENT FACEBOOK

.

TRAILER / PRESSE
TRAILER / PRESS

.

.
Vue de l’exposition Trailer, Détail de l’œuvre in situ de Véronique Bourgoin, photo Emilie Segnarbieux.

Ce projet d’installation, qui à chaque fois prend une nouvelle forme, est montré depuis 2011 dans des galeries et institutions : dernièrement en 2015 à Fotohof (Salzbourg, Autriche), en 2014 à Paris Photo, au Grand Palais, galerie Eva Meyer (Paris), au Centre d’Art Contemporain de Montreuil, en 2013 à Setareh gallery (Dusseldorf, Allemagne), au Nederland Fotomuseum (Rotterdam / Pays Bas), en 2011 à la galerie Gabrielle Senn, (Vienne, Autriche)…
The installation project takes a new shape in galleries and institutions for each iteration since 2011 : Fotohof in 2015 (Salzburg, Austria); Paris Photo in 2014 (Grand Palais); Eva Meyer (Paris) and the Centre of Contemporary Ar t in Montreuil in 2013; Setareh gallery (Dusseldorf, Germany) and the Fotomuseum Nederland (Rotterdam/ Netherlands) in 2011; and other locations.

.


Vue de l’exposition Trailer, Détail de l’œuvre in situ de Frank Perrin, photo Emilie Segnarbieux.

« Frank Perrin, philosophe, critique, créateur de la revue Bloc-Notes et du magazine Crash, photographe du post-capitalisme, est dans le faire et le revendique : « Faire m’intéresse plus que de penser, de savoir, ou d’agir. J’aime faire, comme les artistes, ou les paysans, qui « font » des choses et qui apportent ainsi un éclairage sur ce qui se passe dans ce monde, le nôtre, en ce moment même. Faire est le verbe qui correspond le mieux à notre époque : faire, c’est pertinent et c’est modeste, cela prétend pas plus que cela ne fait. Faire donc, et parler, chanter, peindre, écrire, courir après le temps… »(1) Franck Perrin explore les genres photographiques depuis plusieurs années. Après son livre « Défilés », qui montre des urbanités désertes ou désertifiées, il dépeint grâce à l’appareil photographique, dans la série « Postcapitalisme » la ville comme un « non lieu », où l’individu contraint à la consommation s’est substitué au flâneur de Baudelaire. Thème repris au travers de l’exposition « Paparazzi! Photographes, stars, artistes », au Centre Pompidou-Metz. Du 22 février au 9 juin 2014. (1) Barbara Polla le 10.11.2012
Frank Perrin, philosopher, critic, photographer, and creative editor of the journal “Bloc-Notes” and magazine Crash claims: “Making interests me more than thinking, knowledge, or acting. I like to do, like artists, or peasants, who ‘do’ things and thus shed light on what is happening in this world of ours, right now. Do is the word that best describes our time: do is relevant and what is modest, it claims any more than it does. Doing so, and talk, sing, paint, write, run after time… “
Frank Perrin explores the photographic genres. After his book “Parades,” which shows desert or deserted urbanity, and in the series “postcapitalism” the city as a “no place” where the individual forced as a consumer replaces the flâneur of Baudelaire. The theme is echoed through the exhibition “Paparazzi! Photographers, stars, artists” at Centre Pompidou-Metz. 1. Barbara Polla, 11.10.2012
Frank Perrin will be present in the program of lectures organized by Art-ORama, with “The Metamorphosis of the White Cube.”

.


Vue de l’exposition Trailer, Eva Barto, The thief, 2015, Tentative de plagiat à partir d’une photographie d’une oeuvre de Jerôme Leuba*, vélo modifié, coupé, ressoudé, une face seulement, photo Emilie Segnarbieux.

Arnaud Deschin présente pour la première fois à Marseille au sein de La GAD des œuvres de l’artiste Eva Barto. Leur collaboration a débuté dès septembre 2014 sur le stand 124 aux puces de Paris et au YIA art fair Paris sur le stand « Stay wild ». En 2015, elle s’est poursuivie sur le stand « Collection Type » de la confidentielle du YIA au Bastille Design Center Paris, et enfin au #22VISCONTI Paris pour le group show « Life Ain’t Fair ». Ce fort soutien privé à l’art émergent a débouché sur des acquisitions de la part de collectionneurs européens.
Arnaud Deschin presents for the first time in Marseille at La GAD the works of the artist Eva Barto. Their collaboration began back in September 2014 at booth 124 in the flea market of Paris and at the YIA Paris art fair at the booth “Stay wild.” In 2015, she participated in “Collection type” at the YIA Bastille Design Center in Paris, and finally at Paris # 22VISCONTI for the group show “Life Ain’t Fair.” This strong support led to acquisitions by European collectors.